Fran­ois MauriacLa GaronneCarte de situationVivre en Entre-Deux-MersLes vins et la vigneLes hªtels




















LA GARONNE

Naissante au cœur des Pyrénées, elle rejoint en Gironde la Dordogne, pour s'épanouir dans le plus grand estuaire d'Europe avant de rejoindre l'océan atlantique.

La Route François Mauriac épouse ses formes et méandres sur près de 40 kilomètres en amont de Bordeaux.

Garonne, rivière sauvage subit là encore l'influence de l'océan qui remonte à contre-courant à chaque marée, charriant des tonnes de sable et de limon. Ces derniers lui donnent, parfois, cette couleur si particulière qui peut varier du jaune de chrome au terre de Sienne.

Rivière fantasque qui vit non seulement au rythme des marées mais aussi au gré des saisons. Celles-ci, selon les années, seront prétexte à des débordements loin de son lit, irriguant des zones humides appelées ici " Palus " espaces où la terre semble rejoindre le ciel .

 

LE MASCARET
Mot d'origine gasconne. Le Mascaret est suscité à la marée montante par la vague déferlant de l'océan et qui recouvre l'eau du courant descendant de la rivière. Ce phénomène naturel, et qui apparaît comme quelque peu magique, est plus particulièrement spectaculaire lors des grandes marées d'équinoxe (printemps - automne) et très facilement visible des berges des villages riverains plus particulièrement de Langoiran et Le Tourne.

LA PECHE

L'ALOSE : Poisson de la famille des salmonidés les aloses sont présentes dans la Garonne pendant quelques semaines au printemps. Elles remontent le cours d'eau pour aller se reproduire dans les lits de graves servant de " frayères".
Elles se dégustent grillées sur un feu de sarments accompagnées d'une sauce verte et sont le prétexte à de nombreux repas villageois le long de la Route François Mauriac.

LA LAMPROIE est l'un des plus anciens poissons connus, qui paraît-il comblait déjà Jules César lorsqu'il l'avait au menu.
Tout comme l'alose elle vient de l'océan et remonte la rivière pour aller se reproduire. Cuisinée au vin rouge de Bordeaux avec des poireaux, elle figure parmi les grandes spécialités culinaires bordelaises, dont chaque vieille famille locale garde jalousement la recette.

LES ANGUILLES, p°chées de juin à octobre elles sont aussi un des éléments majeurs de la gastronomie locale qui souvent les préfèrent "sautées en persillade".

LES CARRELETS : à l'origine il s'agit d'un filet de p°che attaché à une perche installée sur un ponton. Il est suspendu au-dessus de l'eau ce qui permet de p°cher en le descendant dans la rivière. L'ensemble est traditionnellement complété par une cabane de bois pour abriter p°cheur et matériel de p°che. Les "Carrelets" sont devenus des lieux de convivialité très fréquentés aux beaux jours.